Ma Droite

Patriote, conservatrice, libérale-entrepreneuriale

Catégorie : Primaires (Page 1 sur 4)

François Fillon remporte la Primaire de la droite et du centre !

ff18Quelle aventure ! Nous n’avons jamais douté de la victoire de François Fillon, mais il fallait bien du courage et de l’énergie, tout au long de cette campagne, pour défendre un candidat que les sondages low cost donnaient perdant et que les médias avaient ignorés. A tel point, qu’ils se sont rattrapés cette semaine en produisant de nombreux et très bons articles sur François Fillon.

Dans ce billet hebdomadaire, nous ne vous parlerons pas de l’actualité. Nous vous proposons plutôt une sélection de ces très bons articles, qui parlent de son projet ou bien dressent le portrait de l’homme exceptionnel qu’il est. Nous sommes heureux de voir ainsi tant de Français le découvrir.

Il reste 5 mois pour que la France se donne les moyens du redressement avec François Fillon : partagez ces articles autour de vous !

Portraits de François Fillon


La très large victoire de François Fillon: une reconfiguration de la droite

Bruno Retailleau, premier des fillonistes

Le projet de transformation de la fonction publique de François Fillon est légitime et réaliste

L’augmentation de la TVA proposée par François Fillon est bonne pour l’emploi et le made in France

Nous vous proposons aussi de découvrir un court article de notre blog sur l’augmentation de la TVA, mesure trop souvent mal comprise: Pourquoi l’augmentation de la TVA est une bonne mesure pour les Français modestes et le made in France ?

Les Versaillais rassemblés pour François Fillon

fullsizerender

Le comité de soutien de Versailles a organisé ce soir une rencontre conviviale au café Franco Belge pour se rassembler autour de François Fillon en vue du 2ème tour. Des soutiens et militants de Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Hervé Morin et Jean-Frédéric Poisson étaient présents.

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des participants Versaillais pour leur réponse positive à notre invitation. Nous étions très honorés de la présence et heureux d’accueillir en particulier :

Emmanuel Lion, conseiller municipal de Versailles et soutien de Bruno Le Maire

Thierry Voitellier, adjoint au maire de Versailles et représentant du Nouveau Centre de Hervé Morin

Marie Seners, conseillère municipale de Versailles, divers droite

Emmanuelle Galichon, ancienne maire-adjointe au maire de Versailles et soutien de Nicolas Sarkozy

Primaire : Résultats premier tour 20 novembre

Les résultats sont publiés sur le site officiel de la primaire : https://resultats.primaire2016.org

Sur le site du Figaro : résultats par bureau

Résultats dans les Yvelines

yvelines

Détails par bureau sur nos communes de Versailles / Le Chesnay / Rocquencourt / Viroflay

resultats-versailles

Et maintenant, foncez !

ff18Après plusieurs mois d’ascension, un col s’offre à nous, avant de repartir en marche ! Demain dimanche 20 novembre, l’opportunité nous est donnée d’aller voter pour les primaires de la droite et du centre. Fonçons ! Prenons le pouvoir !

  • Trouvez votre bureau https://www.fillon2017.fr/la-primaire/
  • Bureaux ouverts de 8h à 19h
  • Venez avec une pièce d’identité et une pièce de 2€ et le tour est joué
  • Rappel: pas de procuration, pas de vote par internet

sosBesoin de vous faire en urgence une idée du programme de François Fillon? Consultez le site www.fillon.net où vous trouverez d’excellentes vidéos à gogo !

Quelques bons tweets de la dernière journée de campagne hier:

Un homme d’Etat nommé Fillon : le courage de la vérité

fillonPar Hervé Pichon, président du Comité de soutien à François Fillon pour Versailles et Le Chesnay

Une petite histoire aujourd’hui totalement oubliée, une histoire qui se déroule à Paris le mardi 17 novembre 2009 en fin d’après-midi, il y sept ans jour pour jour. François Fillon, Premier ministre, s’apprête à prendre la parole devant le Congrès des maires de France. Dans le grand auditorium de la Porte de Versailles sont réunis quelque six mille maires, tous passablement énervés et rendus de très mauvaise humeur par la perspective annoncée de la suppression prochaine de la taxe professionnelle, une réforme qui bouleversera en profondeur les modes de financement des communes. Au milieu d’un indescriptible tohu-bohu, imperturbable et parfaitement indifférent aux sifflets, lazzis et autres cris d’oiseaux qui ponctuent son discours, Fillon s’adresse à son auditoire. Peu à peu, le miracle se produit : l’assistance se calme progressivement et se met bientôt à écouter attentivement ce Premier ministre parfaitement maître de lui, ferme et déterminé qui explique posément aux élus locaux les raisons impératives pour lesquelles, face aux bouleversements du monde, un grand pays industriel comme la France se doit de supprimer enfin cet impôt local parfaitement imbécile qu’est la taxe professionnelle, une particularité pratiquement unique au monde qui consiste à taxer les entreprises quand elles investissent. « Nous sommes tous comptables du même intérêt général » leur dit-il : commencé sous les huées, ce discours à très hauts risques se terminera sous les applaudissements.

A première vue, l’épisode ici raconté peut sembler très anecdotique. Il illustre pourtant la vérité profonde d’un homme : le François Fillon de novembre 2009 qui faisait face à la foule grondeuse des maires en colère assemblés à la Porte de Versailles, c’était le même que celui qui, en 1995, conduisait la privatisation de France Télécom à travers toutes les pancartes syndicales et c’était le même qui, en 2003 puis en 2010, affrontait la fureur de la rue pour mener à bien les deux premières vraies réformes des retraites jamais réalisées en France. C’était le même, lucide, courageux, déterminé : un homme politique digne de ce nom. Aujourd’hui plus que jamais, les Français ont soif de ce qui est vrai, ils ont soif de ce qui est authentique, ils aspirent à ce qu’on leur parle sans détour, sans chercher à biaiser ni à ruser avec eux. Ils sont lucides sur beaucoup de réalités du monde et sont bien plus mûrs que ne le croient nombre de leurs dirigeants.

Parmi tous les candidats à la Primaire de la Droite et du Centre, Fillon s’identifie pleinement avec cette furieuse envie de vérité qui a saisi les Français.

La vérité, c’est d’abord la lucidité. Homme issu de la province, Fillon est le seul qui a vu tout de suite nos réalités les plus fortes : la France a besoin de liberté – « Arrêtez d’emmerder les Français ! », clame-t-il – et elle a aussi besoin d’autorité, qu’il s’agisse de l’autorité de l’Etat autour des règles de la République ou de l’autorité de la famille autour de valeurs héritées de seize siècles d’histoire française. Mais il a vu aussi que, avec sa démographie, avec le dynamisme de ses travailleurs, de ses entrepreneurs, de ses créateurs, avec la richesse de sa culture, de sa langue et de ses paysages, notre pays a toutes les cartes en main pour redevenir en quelques années l’homme bien portant de l’Europe.

La vérité, c’est également la détermination à agir. François Fillon pose sur la société française affrontée au monde actuel un regard sans complaisance. Il sait combien la France devra combattre ses démons, ceux de la division, des conservatismes et des dénis de réalité. Fillon sait aussi parfaitement qu’il lui faudra agir très vite, en profondeur et sans hésiter ni trembler.

La vérité, c’est enfin la dignité. Pour Fillon, ce mot signifie être – et avoir toujours été par le passé – insoupçonnable dans sa vie et dans ses actes. Le même mot désigne également le devoir de servir son pays jusqu’au terme de ses responsabilités, sans chercher jamais à se défiler pour convenance personnelle. C’est pour cela que, au tournant des années 2010 et en pleine tempête économique et monétaire, Fillon n’a pas quitté Matignon et qu’il est resté fidèle à son poste. Qu’on se souvienne que la dernière fois qu’un Premier ministre avait démissionné en claquant la porte, c’était en août 1976. Ce faisant, il avait alors ouvert une interminable crise politique qui s’est soldée cinq ans plus tard par la défaite de 1981. Faire son devoir jusqu’au bout. C’est cela, être digne.

Pour toutes ces raisons, il se pourrait bien que, lors du premier tour de scrutin de dimanche prochain 20 novembre, se produise une rencontre inattendue entre cette aspiration profonde ressentie par tant de nos concitoyens – le besoin de vérité – et la personnalité politique qui l’incarne le mieux, un certain François Fillon, 62 ans, député de Paris, ancien Premier ministre.

Avec lui, nous détenons une chance unique de redresser la France et de lui redonner de l’espoir. Saisir cette chance, cela dépend de nous. Cela dépend de chacun et de chacune d’entre nous.

Une fin de campagne en fanfare !

fillonphotoFrançois Fillon affirme qu’il sera au second tour de la primaire et voilà pourquoi il a totalement raison de le penser :

Les analystes politiques reconnaissent enfin qu’il y a trois candidats dans le match

Les sondages montrent en effet tous une très forte poussée

Souvenons-nous du conditionnement médiatique de la victoire d’Hillary Clinton ! Voilà que les journaux nous font encore le même coup avec Alain Juppé. Jugez plutôt:

François Fillon a été excellent sur Europe 1

Magnifique moment de découverte de l’homme, dans Ambition intime

Cliquez sur l’image pour revoir l’émission. François Fillon est à 57′ si vous voulez éviter la séquence Alain Juppé et Françosi Bayrou. (lien)

les-larmes-de-francois-fillon-dans-la-bande-annonce-d-une-ambition-intime_5687795

Nous vous recommandons la lecture de trois articles cette semaine:

Présidentielle. Sondage : Juppé et Fillon confortent leur avance
Fillon : « Désolé, mais les Français sont en train de bousculer les scénarios »
Bruno Retailleau: «François Fillon sera la surprise de cette primaire»

Enfin, ne ratez pas les 4 communiqués de François Fillon cette semaine:

François Fillon écrit aux associations caritatives et sociales
Election américaine : communiqué de presse de François Fillon
11 novembre : La mémoire et l’action
Hommage du 13 novembre 2015 : Vaincre le totalitarisme islamique

Et si la primaire devenait la victoire de Philippe Séguin?

seguin1Et si l’héritage politique de Philippe Séguin, que porte François Fillon, devenait, par sa victoire, celui de la droite pour la prochaine élection présidentielle ? Si Alain Juppé revendique être le fils spirituel de Jacques Chirac, François Fillon n’évoque jamais sans émotion sa proximité avec Philippe Séguin. Deux hommes, deux visions irréconciliables du Gaullisme. Afin de mieux percevoir ce qui anime la vision politique de Philippe Séguin, nous vous proposons de découvrir en vidéo l’oraison funèbre que François Fillon a tenu après son décès et dont voici une citation:

«Le pouvoir d’agir, là était l’obsession de Philippe Séguin, qui ne fut pas seulement un homme de pensée. On le présente parfois comme un nostalgique de nos grandeurs anciennes, un défenseur parfois poignant d’une France qui aurait donné son congé au monde… Toute l’action de Philippe Séguin s’inscrit en faux contre ces clichés. Partout où il fut en responsabilité, il entreprit, transforma, réforma. Cette foi en la Politique; ce refus du fatalisme qui est l’antichambre du déclin; cette conception du progrès humain qui ne se perd pas dans la course au profit; cette synthèse entre efficacité économique et justice sociale… tous ces principes qui étaient chers à Philippe Séguin, retrouvent leur actualité et fondent son héritage.» – François Fillon


Oraison funèbre de Philippe Séguin par François… par moumine16

L’effet Kardashian

cendrineEt si la popularité d’Alain Juppé n’était rien d’autre qu’une construction médiatique, une baudruche destinée à se dégonfler au premier coup de vent ?

Deux actualités du jour le suggèrent. La première, cet agacement du champion de l’élite intellectuelle et médiatique, glissant à ma consœur du JDD, que si les Français ne l’élisent pas ils n’auront qu’ à « se démerder » avec la réforme des retraites.  Un candidat assuré de la victoire n’assènerait pas une telle phrase en forme de menace.

La seconde est l’élection américaine, qui montre la limite des enquêtes d’opinion et l’incapacité de ces dernières à sonder les reins et les cœurs. Une fois de plus les sondages auront révélé ce que les sondeurs souhaitaient voir advenir. On ne comparera certainement pas Donald Trump à François Fillon. Le premier est populiste, le second est tout à l’opposé : il regarde la réalité avec courage, nous invite à prendre des mesures « impopulaires » mais nécessaires. Mais l’un et l’autre ont en commun de ne pas être « le candidat des media ».

Et puis, ce petit frissonnement que l’on voit dans la presse. Prudente elle n’ose pas encore imaginer un second tour où François Fillon ferait figure de favori ou de challenger. Mais elle parle de plus en plus ouvertement de la « surprise Fillon,  de la montée du « troisième homme ».

Pour l’heure François Fillon a déjà gagné une bataille, la bataille des idées. Son programme,  courageux, et dans la continuité de celui de 2007, s’est  imposé. Hormis NKM, ses concurrents ne  cherchent pas à le combattre sur les terrain des idées. Ils  le suivent largement.  Pâles copies, piètres épigones …

Sondages et opinions

Il est amusant de comparer les résultats des enquêtes réalisées par les instituts officiels et les sondages en ligne. Si ces derniers comportent des biais importants la divergence majeure entre les deux mérite qu’on s’y arrête Au lendemain du second débat tous les sondages en ligne hormis celui du Parisien, donnaient Fillon dans le duo de  tête. Le Point, le Figaro et M6 lui octroyaient une écrasante première place,  Valeurs Actuelles de son côté portait Nicolas Sarkozy au premier rang suivi d’assez près par François Fillon  (sur 70 000 votes pour le Figaro, un peu moins pour M6 et des scores plus fragiles pour le Point et Valeurs actuelles).

Les chiffres sont une chose. Les commentaires en sont une autre. On en comptait 1022 sur le Figaro, quand j’ai épluché un à un les commentaires pendant la nuit, au lendemain du débat (oui ça prend du temps !). Il fallait attendre la 5ème page sur 48 pour trouver un juppéiste. L’immense majorité des commentaires sont favorables à François Fillon ou Nicolas Sarkozy.  Un décalage  comparé aux débats post-débat des journalistes qui, hormis M. Jeudy, répétaient en boucle que le favori restait Juppé. Et parmi ces commentaires fillonnistes ou sarkozystes des différences s’observent également. Pour le second, un attachement « viscéral à l’homme ». On « est » sarkozyste, on ne sait même pas quel est son programme, mais on défend l’homme passionnément. Pour les fillonnistes deux profils : les convaincus et ceux qui le découvrent (« je pensais voter Juppé mais maintenant c’est Fillon »). Que l’on soit Filloniste de longue date ou Filloniste tout juste converti, il s’agit d’un vote d’adhésion mais une adhésion moins à l’homme qu’à son programme. C’est totalement nouveau. Et c’est radicalement différent des autres candidats :

a)  on vote pour un programme,

b) c’est un vote positif et non un vote de rejet

c) c’est un vote raisonné et raisonnable, un choix assuré et assumé,  un choix qui se renforce au fil du temps

Ce que l’on découvre dans les commentaires est en parfaite cohérence avec les verbatims que l’on retrouve en tractant dans les rues ou sur les marchés. Et si l’on  analysait différemment l’opinion ? Les sondages se multiplient à l’infini ; ils coûtent une fortune, mais leurs modalités ont montré leurs limites.  Et si on faisait moins de sondages mais plus d’enquêtes qualitatives ? Et si les sondeurs se promenaient dans les rues, et s’ils interrogeaient, et s’ils discutaient avec les Français….

Rêve ou cauchemar ?

Le duel Juppé Sarkozy est un rêve des médias. Un rêve que l’on nous vend depuis plus d’un an.

L’un des premiers à avoir tiré ses cartouches : le magazine Le Point pendant l’été 2015 (eh oui ! Déjà !).  Un grand dossier de 8 pages (si mes souvenirs sont bons). Une couverture qui accroche, des titres nous invitant à comprendre que c’était un « homme nouveau ».  Mais un dossier suintant l’ennui. Un pur produit de la comm. , vide et emphatique,  hagiographique et creux.

Le duel Juppe-Sarkozy est aussi un rêve des frontistes et des socialistes. Arpenter les marchés permet de rencontrer beaucoup de militants de gauche et d’extrême droite, désireux de voter au second tour pour….  celui qu’ils appellent avec mépris « Le Nain ». Car c’est lui qu’ils veulent voir comme candidat de la droite.   Réfléchissez… Cherchez pourquoi…. Leur calcul est loin d ‘être idiot.

Au second tour, pas au premier (faudrait pas exagérer…. On ne va pas payer deux fois deux euros aux Républicains !). Une raison de plus pour tout faire pour que ce « duel » Juppé Sarkozy » reste une hypothèse, un cas d’école…

Oui Juppé est un produit médiatique, à l’image de la jet Setteuse Kim Kardashian, dont la vie nous est exposée en permanence. De façon si récurrente qu’il est impossible  de ne pas avoir entendu parler d’elle….. Depuis plus d’un an « on » nous  vend  Alain Juppé comme le meilleur candidat, le seul qui ait la « stature » d’un président…

A force de répéter en boucle les mêmes « éléments de langages »…. beaucoup ont fini par y croire….

Mais la bulle médiatique semble en train de se dégonfler. Deo Gratias !

Tous ensemble vraiment ?

Ensemble au second tour ! Des amis qui défendent le favori des media me l’assurent avec conviction. Nous serons « ensemble au second tour » pour faire battre Nicolas Sarkozy. Cette analyse me paraît de plus en plus déconnectée de la réalité.  Nous ne serons pas ensemble mais opposés.  Et le vainqueur de cet ultime duel ne sera peut-être pas celui qu’on croit.

A ceux qui  veulent me convaincre de la proximité entre nos deux candidats, qu’ils me permettent de souligner leurs dissemblances.

Depuis 30 ans que je dispose du droit de vote, nous avons vu défiler des tribuns, des acteurs de grand talent, des manipulateurs, des séducteurs, mais c’est la première fois que je vois un candidat authentique, un candidat qui trace son chemin tel un sillon, qui martèle son message sans chercher à plaire aux uns et aux autres, qui poursuit sa route en restant indifférent aux sondages. En ce sens Fillon est un OVNI dans le monde de la politique.

De la même manière il se tient hors du système de clientélisme où l’on monnaie ses soutiens où on leur promet des postes à responsabilité. Depuis  le départ il insiste sur le fait qu’il sera entouré d’une équipe réduite, partiellement composée d’hommes et de femmes de la société civile, choisis exclusivement sur la base de leurs compétences.  Entre un « Sarkozy-Barouin » et un « Juppé-Bayrou » qui tentent de ratisser large, qui utilisent les vieilles ficelles de naguère  et un homme qui veut insuffler un peu d’oxygène dans le monde endogamique de la politique, faire appel à des hommes et des femmes de la société civile choisis pour leurs qualités, mon opinion est faite.

Il est le seul à pouvoir mettre un frein au mal qui ronge notre pays, celui qui fait de l’abstention et du vote FN le premier parti de France.  Face à cette France déboussolée, certains tentent de donner des gages par des propositions droitières, d’autres au contraire nient le malaise en parlant d’identité heureuse. Fillon est le seul a avoir vraiment compris cette « France des périphéries » décrite par Christophe Guilluy, cette France des « petites gens » qui ne se sentent plus représentés par personne, et qui rejettent le système  soit en s’abstenant soit en optant pour un vote de protestation. Fillon est le seul a avoir « écouté » cette France (car vous remarquerez qu’une de ses forces est bien là : il sait écouter, questionner, comprendre… Regardez l’échange avec Marc Trévidic… c’est flagrant !). Et l’ayant écoutée, il a compris qu’elle ne demandait rien d’autre que le droit de vivre, et la liberté de vivre comme elle l’entend.

C’est pourquoi malgré certaines ressemblances entre les programmes économiques de ces deux champions, je vois plus les divergences entre un homme qui reste encore et toujours un homme du système, fonctionnant avec les vieux travers de la caste politique et un homme d’Etat, un homme rendu libre par l’échec de 2012 et ayant décidé de faire une campagne en harmonie et en cohérence avec les valeurs qu’il porte et le projet qu’il défend.

Pour la première fois depuis 30 ans, un véritable « homme d ‘Etat » se présente devant les citoyens, habité par la grandeur de la France, et l’envie de donner à tous des chances d’aimer ce pays et de le faire grandir.

Pour la première fois nous avons un homme libre qui refuse les paisibles accommodements que tous s’offrent avec la réalité, avec les sondages, avec la caste médiatique. Et nous passerions à côté de cette chance ? Et nous ne reconnaîtrions pas que nous avons ENFIN la personne adéquate pour la fonction.

Merci à  mes amis juppéistes pour leur « main tendue » mais si je me suis engagée avec passion et conviction pour défendre le programme d’un homme « neuf », différent, « hors système », ce ne sera pas pour ensuite militer pour un apparatchik du système.

Nous avons une chance. Sachons la saisir.

Cendrine Barruyer, Viroflay.

(1) Clin d’œil à l’effet Kirlian. Du nom d’un savant soviétique, très prisé des parapsychologues, Semyon Kirlian. Il pensait avoir découvert un moyen de photographie « l’aura », le principe vital qui anime les êtres vivants.

François Fillon cogne fort sans en avoir l’air

ffAu fil des interventions télévisées, les Français redécouvrent François Fillon. Les journalistes reconnaissent  enfin que la compétition en « première division » se fait à 3. Cette exposition médiatique légitime lui permet de faire une accélération dans toutes les enquêtes ! Voici quelques réactions :



Ces réactions sont le reflet des enquêtes qui ont été réalisées pendant l’émission. François Fillon arrive systématiquement premier (Figaro et Le Point) ou deuxième (M6 ou Valeurs Actuelles) :

sondagespanel

D’ailleurs, depuis un mois, les tendances de l’application GOV sont excellentes. Cette application, qui s’affiche comme la météo de l’opinion, indique les tendances de fond et prédit les futurs changements dans les intentions de vote. On constate une forte montée en puissance de François Fillon, une chute continue d’Alain Juppé et un niveau faible d’engagement pour Nicolas Sarkozy:

gov

Ce qui surprend probablement beaucoup les Français et journalistes, c’est que François Fillon cogne dur sans en avoir l’air ! Il l’avait démontré lors de l’Emission politique face à de forts contradicteurs. Lors du 2ème débat, il rappelle par exemple que rendre apatride des combattants de la France ne l’empêchera pas de dormir. C’est le seul candidat de la primaire à avoir des positions aussi déterminées dans la lutte contre le totalitarisme islamique et pour la sécurité des Français.

Ce sont sans doute ces positions qui ont donné l’inspiration à  Zemmour pour l’excellent billet ci-dessous ou les mentions très positives des journalistes dans l’émission « C’est dans l’air ».

François Fillon a brisé le duopole imposé par les medias !

fillonmidgenVoilà des mois que les médias ne faisaient que parler d’un duopole que des sondages bidons avaient consacré. Il aura suffit de deux prestations télévisées pour que François Fillon démontre sa stature d’homme d’Etat et s’installe comme le véritable outsider pour la France.

Nous vous proposons dans ce billet une synthèse de l’émission politique de jeudi 27 octobre, une sélection de retombées de presse, une nouvelle étude comparative des programmes économiques et enfin quelques éléments de tendance d’opinion très favorables.

L’émission politique – 27 octobre 2016

Les principaux passes en vidéo sont disponibles sur le site de campagne de François Fillon : www.fillon2017.fr

De notre côté, voici ce que nous vous proposons de découvrir ou revoir:

De nombreuses influenceurs du Web se sont exprimés très positivement suite à la prestation de François Fillon. En voici un florilège:

Quelques retombées de presse de la semaine

Ce qu’il faut retenir de « L’Emission politique » avec François Fillon

Et si c’était lui la force tranquille ? 

François Fillon : le 3ème homme des primaires

VIDEO. Régimes spéciaux : François Fillon à la rencontre de cheminots de la SNCF

Bruno Retailleau : Nous sommes dans un moment gaulliste

François Fillon menace de quitter la CEDH si elle ne se réforme pas

Comparaison des programmes économiques

BFM TV avait déjà modélisé les programmes économiques des principaux candidats et reconnu la supériorité du programme de François Fillon (lire notre billet sur le sujet).

C’est désormais au tour de l’IFRAP de comparer les programmes et de reconnaître la pertinence du programme de François Fillon. C’est en particulier sur l’emploi qu’il démontre ses impacts les plus vertueux, avec un taux qui chute dès la première année du quinquennat, quand les programmes des autres ne portent leurs fruits qu’en fin de quinquennat.

La comparaison est à découvrir ici: Evaluation des programmes économiques de François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy

Tendances d’opinion

Une récente étude Harris démontre la tendance positive pour François Fillon alors que Nicolas Sarkozy disparaît du palmarès:


L’application GOV, que nous vous invitons à utiliser pour contribuer à mieux représenter l’opinion, démontre une tendance extrêmement positive pour François Fillon, et des tendances fortement baissières pour Alain Juppé et Nicolas Sarkozy:

Bonus de fin

Merci à Nicolas, pilier de l’équipe digitale de François Fillon, pour cette vidéo sympathique qui nous permet de terminer notre billet avec la banane:

Page 1 sur 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.